Le blog

Nos adhérents ont du talent

Gilbert Douillard en a encore sous la pédale

14/11/2019

Gilbert Douillard

À 89 balais, Gilbert Douillard n’a toujours pas mis le frein. En effet, il projette de battre le record du monde de la plus longue distance parcourue à vélo en une heure sur piste couverte, dans la catégorie des 90-94 ans, en octobre 2020. Le record, qui s’élève à un peu plus de 29 kilomètres, est pour le moment détenu par le Français René Gaillard. En 2016, notre adhérent l’Orange bleue mon coach Wellness avait déjà battu le record du monde dans la catégorie inférieure, en avalant 34 kilomètres. “En trois ans, je n’ai pas perdu cinq kilomètres”, assure-t-il.

“Je peux mesurer mes résultats régulièrement”

Si Gilbert Douillard se rend à Bordeaux une fois par mois pour s’entraîner en situation de compétition, il profite d’un programme sportif personnalisé et de l’appui d’un ostéopathe et d’un diététicien au centre de Rennes Longs Champs, qu’il fréquente deux fois par semaine. “La formule est attrayante, observe-t-il. Ici, je peux mesurer mes résultats régulièrement”. Sa séance, il la commence toujours par un échauffement en selle d’une quinzaine de minutes. Puis, place au renforcement musculaire. “Il faudrait que je sois capable de tenir une puissance d’environ 150 watts pendant une heure, précise-t-il. Est-ce que je vais l’acquérir ? Le défi est lancé”. Et les challenges sportifs ne lui font pas peur : entre 2011 et 2016, Gilbert Douillard a participé à quatre championnats du monde de vélo en course en ligne, dans la catégorie des vétérans, en se hissant régulièrement entre la 10e et la 15e place. L’ancien ingénieur en bâtiment a aussi rallié Berlin, Venise, Rome, Lisbonne et Saint-Jacques-de-Compostelle à vélo depuis la Bretagne.

15 marathons

Jusqu’à ce qu’une hernie discale le pousse à monter sur selle à l’âge de 64 ans, Gilbert Douillard a avalé les kilomètres à pied. Celui qui a fréquenté l’équipe universitaire de Bretagne de basketball lorsqu’il était étudiant a bouclé quinze marathons sous les couleurs de la Tour d’Auvergne de Rennes : Londres, New-York, Paris, Vienne, ou encore Berlin, où il a signé son meilleur temps : 3 h 15. Il connaît donc l’importance de la préparation pour ce genre de projet. Mais pas question de foncer la tête dans le guidon. “On avance doucement mais sûrement, confie-t-il. J’ai récemment fait une série à 31 kilomètres. J’aimerais bien prendre ce record avant de prendre ma retraite”.